Partagez | 
 

 PARDONNE-MOI L'ÉTÉ // MERCI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
âme étoiledanse sur la lune
avatar
PSEUDO : sb, maë
REFLET // © : bogdan, pau
EMPLOI : pardon pour les quelques fleurs arrachées
MURMURES : 53

MessageSujet: PARDONNE-MOI L'ÉTÉ // MERCI   Mar 12 Juin - 15:44

lui tenir la main comme si tout allait bien, un bâton de sucre d’orge sans sucre lui abîmant les molaires et derrière eux l’orage, bientôt les pluies diluviennes. au-dessus d’eux du mauve et du gris, charmant duo qu’il se dit, moi j’en voudrais bien des peintures (c’est couleur colère, couleur j’explose). c’est drôle qu’il pense, cez violence, drôle de sortir en plein jour. avant je faisais pas ça. mais avant il n’aimait pas merci non plus, alors c’est peut-être mieux comme ça. le lin des nuages les étouffe au fur et à mesure que ceux-ci se noircissent, et tout c’que cez ce pauvre con cet idiot ce maladroit des mots peut bien dire c’est il fait chaud tu trouves pas ? et ses phalanges en sucre-glace salé remontent entre les omoplates fragiles, se resserrent autour d’une épaule (fais attention cez, tu vas l’étouffer). mais c’est quand même joli. moi j’aime bien. il aime bien l’électricité qu’on devine et les yeux de merci aussi, mais ça c’est pas la question. la question c’est tu veux pas vivre dans une tente, argos ?
un seul mot-géant et le ciel éclate, même sans orage. ça fait longtemps que cez veut arrêter de vivre dans les rochers, mais il sait que merci aime beaucoup la pierre et l’humidité et moins la ville, trop acide et brûlante. ici ça sent l’asphalte en ébullition et les cieux cassés. c’est pas l’endroit idéal pour une statue de marbre arc-en-ciel comme merci, ça césar le sait. la place d’argos c’est dans un musée en plein air, c’est même pas à omelas. les enfants sont dégueulasses. mais césar il aime la douleur des rues et la mélancolie des néons. tout c’qui est artificiel et qui donne envie de pleurer. tu pourras la choisir, si tu veux.
il lui vend centre ciel comme s’il lui présentait vraiment les étoiles. ici même l’herbe fond, même les pâquerettes sont sales. quelle escroquerie.
l’été s’excuse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lowlife.forumactif.com/t263-rails-de-poussiere
avatar
PSEUDO : vert alligator / pau
REFLET // © : lewis / peach'
EMPLOI : sculpteur de visages
LOGEMENT : troglodyte magique
MURMURES : 66

MessageSujet: Re: PARDONNE-MOI L'ÉTÉ // MERCI   Mar 12 Juin - 19:54

une odeur de ragoût et de pluie, des saveurs d'aujourd'hui qui ne les quittent pas, des paroles tremblantes pour remplir le silence, mais le vide, absolu, derrière leurs yeux. pour une fois, il y a une pause. il y a de l'amour dans le fond de leurs prunelles mais derrière, vraiment, pas de souvenirs, aucune trace des erreurs passées, ou bien des choses un peu... éventées. leurs doigts s'entrelacent et forment un sac de noeuds, comme avant, comme d'habitude. leurs consciences s'éteignent sous le soleil alors que l'orage vient, et la ville est calme, sous de lointaines lueurs de néons.
c'est
rare
c'est
beau
c'est
eux
encore.
les paupières lourdes de merci se referment sur ses iris, ses doigts se relâchent un peu entre ceux de l'amour et ses lèvres soufflent un peu de vapeur, il fait frais un peu mais ils sont biens. il regarde le mauve, là haut, le rouge, sur le sucre d'orge dans la jolie bouche de césar, les jaunes roses violets bleus qui s'échappent de derrière, dans la ville (l o i n t a i n e).
il l'écoute (l'apprécie), chaque mot, chaque projet-étoile, il l'aime. l'écouter un peu plus. lui sourire, toujours, longtemps, garder les espoirs qu'il lui adresse, les rires et les larmes, les colères aussi.
merci n'oublie pas les regrets d'hier et ne pense pas aux objectifs de demain. il ne pense pas non plus aux larmes versées et aux calvaires traversés. il pense â
césar rivoe
césar
cez
et ses palabres
une tente ?
on aurait dit que c'était la première fois qu'il découvrait le mot.
il fait froid à l'intérieur et
c'est fragile
mais
je n'ai pas froid quand je suis avec toi
(dans tes bras)

il tourne la tête, l'herbe froisse ses cheveux comme ses cheveux froissent les brins verts. ses yeux entrouverts caressent les courbes du visage de son homme,
et il se dit
après tout
pourquoi pas ?
de temps en temps
le temps d'un poème ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lowlife.forumactif.com/t230-le-thermidor
 

PARDONNE-MOI L'ÉTÉ // MERCI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PURE IMAGINATION :: campements-