Partagez | 
 

 (é)toile humaine (romi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
âme étoiledanse sur la lune
Invité
MessageSujet: (é)toile humaine (romi)    Mar 6 Juin - 21:11

est-ce qu'il vit parce que son cœur n'a pas cessé de battre ? peut-être bien. jace n'en sait rien et il s'en fout. il continue à respirer et les jours de passer. chacun sa tâche et lui il s'attache. il n'est plus seul. il y a romi. romi qui redonne un peu d'âme à cette maison trop vide, romi qui illumine la pièce d'un sourire. romi, romi sur les lèvres et dans la tête. c'est mal et il le sait mais ce garçon l'intéresse. il a quelque chose et jace ne peut pas s'empêcher de vouloir le connaître. le découvrir. peut-être que c'était un coup de folie de lui dire de venir habiter là. les plus logiques verront ça comme ça. sauf que jace se sent mieux. mieux, pas bien mais c'est déjà ça. et il n'a même pas peur de romi. non, comment un sourire aussi angélique pourrait lui vouloir du mal ? même si c'était le cas, jace se laisserait faire. juste parce que romi change tout. éveillé depuis peu, il file sous la douche. réflexe, habitude. pour se vider la tête, se dire que ce monde-ci est bien réel. cruel, bien sûr un peu moins avec romi. romi, remède. fleur parmi les orties. et jace, les cheveux encore humides, se presse. il enfile les premiers vêtements qu'il trouve. short et t-shirt, ça fera l'affaire. pas discrets dans le salon, il attrape l'appareil photo. direction l'atelier. il n'est pas surpris d'y trouver romi. son pressentiment est confirmé, vrai. jace ne dit rien, il préfère le surprendre. clic d'appareil photo et on sait qu'il est là. jace lui sourit. ce n'est pas inhabituel qu'il prenne en photo son "colocataire". peut-être même qu'il le fait un peu trop souvent, occasion de s'extasier devant lui. enfin bien sûr en secret, jace préfère taire ses sentiments. il veut toujours lui montrer le meilleur de lui-même, juste parce que c'est romi. « déjà au travail ? » il pose l'appareil photo. « est-ce que tu as bien dormi ? » jace finit juste derrière lui. les mains qui hésitent à se poser sur romi, un peu troublé. il attend, observe. « c'est joli. » sourire stupide, il aime romi et sa peinture. romi et ses pinceaux, ou juste les pinceaux parce que c'est romi qui les tient. oui, c'est peut-être plus ça. romi. rien que de dire son prénom il sourit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: (é)toile humaine (romi)    Mer 7 Juin - 1:50


Il est perdu, entre ses pensées et ses pots de peinture. Il est debout depuis plusieurs heures déjà, avant même le soleil. Enfermé à l’intérieur de l’atelier, il a toujours peur que l’odeur de peinture arrive jusqu’aux narines de Jace et trouble son sommeil. Alors quand il dort encore, il ferme la porte. Il n’aime pas cette sensation d’être emprisonné mais il aime encore moins l’idée de déranger le garçon. Il loge déjà sous son toit. C’est presque un homme entretenu, Jace s’occupe absolument de tout et il ne sait trop pourquoi. Romi n’a rien à lui offrir en retour. Il n’a rien d’exceptionnel. Mais il en profite et apprend à connaitre Jace. Jace le rend curieux. Ce garçon qui possède tout mais semble pourtant tout aussi vide que lui. Romi souhaite pouvoir donner un sens à sa vie, l’aider, peu importe comment. Mais il n’est pas vraiment doué. Il ne sait pas rendre les gens heureux ni les aimer, on ne lui a jamais appris. Il ne sait pas non plus si c’est quelque chose qu’on apprend ou alors avec laquelle on nait. Si c’est la deuxième option, alors il est une cause perdue. Il est allongé à même le sol dans un simple short de pyjama court et un débardeur. Sa peau est quasi entièrement dévoilée et il profite avec bonheur des quelques rayons de soleil qui filtrent à travers la fenêtre et viennent doucement la réchauffer. Il aime l’été. Il est distrait par un tableau posé à côté de lui. Il en trace encore certaines lignes, il n’y a toujours pas de couleur dessus. Son regard se pose à nouveau sur les pots de peinture. Il n’a pas envie de peindre. Du moins, pas sur la toile. Elle l’ennuie aujourd’hui, il veut tester autre chose. Il soupire et pense à Jace. Il aimerait qu’il se réveille. La petite chaine que Jace lui a permis d’amener à l’atelier joue un doux air de mozart. Il chantonne distraitement la musique quand il entend la voix de Jace. Grand sourire sur les lèvres, il tourne la tête vers lui. « Bonjour, j’avais envie de peindre très tôt. » Il le regarde. Cheveux humides, appareils en main, il est beau. Jace au réveil est un de ses spectacles préférés. « Oui et toi ? » Il baisse son regard vers le tableau que Jace vient de complimenter, les joues roses. Est-ce qu’il aime vraiment ce qu’il fait ? Puis une idée germe dans son esprit. « Est-ce que tu veux m’aider ? » Il s’appuie sur ses coudes pour se relever et aller vers Jace. « Ça te dirait d’être ma toile aujourd’hui ? »  Ses mains glissement doucement sur le t-shirt de Jace, son éternel sourire à la fois timide et audacieux sur ses lèvres. Etrange mélange. « Déshabille-toi. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: (é)toile humaine (romi)    Mer 7 Juin - 21:12

il le regarde. il est beau, probablement un peu trop vu l'heure qu'il est. les yeux de jace dérivent sur la toile. peut-être que les gens beaux sont nés pour faire le beau. il aime ce qu'il voit, c'est de l'art. lui, il a toujours été incapable de peindre. il a essayé avec sa mère mais rien ne venait. c'était toujours vide, laid. déplorable, aussi vide que lui peut-être bien. la métaphore de l'artiste qui se livre sur la toile et celle de jace qui ne montre rien. elle reste blanche, inhabitée par les couleurs. parce qu'il avait beau tenir ce pinceau, rien ne l'intéressait. peut-être qu'il aurait dû laisser sa main le guider. à vrai dire, il n'en sait rien. jace a toujours préféré regarder. sa mère, romi. c'est beau quand ils le font. ça a presque l'air facile. jace les envie. ils ont quelque chose à montrer, lui non. « oui, ça a été. » même si je t'aurais bien rejoint dans ton lit. question-réponse, jeu matinal qu'ils partagent et dont jace ne se lasse pas. sourire un peu troublé, encore plus lorsque romi parle à nouveau. aider ? si on laisse jace dans l'atelier, ça risque d'être un plus gros bordel que de l'art. « je ne suis pas très doué mais...» il se stoppe sans trop savoir pourquoi. peut-être parce que romi se relève et vient vers lui. jace reste immobile, surpris. surtout lorsqu'il l'entend. sent ses mains sur son t-shirt et voit ce sourire naître sur son visage. « ta toile ? humaine, tu veux dire ? » il rit légèrement. il essaie de masquer le trouble. oui, il est jace le fort. il ne doit pas se mettre dans un état pareil pour une simple caresse. sauf que romi continue. le déshabille-toi résonne dans sa tête. jace acquiesce et commence à retirer son t-shirt. il ne sait pas trop à quoi s'attendre mais il s'exécute. finit par enlever son short. « ça va comme ça ? » à moitié nu devant romi, peut-être qu'il sera sa muse aujourd'hui. cette idée le fait bien rire. si ses potes le voyaient, ils seraient au bout. sauf que devant romi, jace ne pense à personne d'autre. il retourne en face de lui, le regarde. il est sérieux, tout du moins il tente de l'être. il ne veut pas sourire bêtement. « qu'est-ce que je dois faire ? » attente et curiosité, c'est tout nouveau. romi et l'inconnu face aux pinceaux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: (é)toile humaine (romi)    Jeu 8 Juin - 21:12

Romi lui offre un de ses beaux sourires, de ceux qu’il réserve à Jace uniquement. Il ne s’est pas coiffé en se levant tôt ce matin et de courtes mèches retombent sauvagement sur son visage et couvre son front. Alors il les remet en place, tente de les plaquer à l’arrière de son crâne pour observer mieux celui avec qui il partage le même toit depuis un petit moment déjà. C’est presque irréel comme situation entre eux, toute cette histoire de semblant de colocation. Romi ne s’en plaint pas pourtant, au contraire. Il ne porte plus vraiment attention à son tableau, Jace est plus intéressant. Plus beau aussi. Ses traits lui ont toujours semblé être dessinés par des anges tant qu’ils frôlent la perfection. Romi ne compte déjà plus le nombre de portraits qu’il a de Jace depuis le peu de temps qu’il a fait sa connaissance. Une dizaine ou une centaine, il ne sait vraiment. Son visage est gravé dans sa mémoire au point où il est capable de le dessiner parfaitement sans même lever les yeux sur lui. Il d’ailleurs bien content que Jace ne l’ait pas surpris alors qu’il le dessinait de cette façon. Il relève, une idée en tête qu’il partage tout de suite avec le plus vieux. « Tu n’as pas besoin d’être doué. » réplique-t-il tout de suite, très enthousiaste à présent. Il hoche doucement de la tête. Oui, Jace sera sa toile humaine. Jace n’en demande pas plus et il l’observe se déshabiller. Son corps se dévoile, les lignes sculptées et fermes. Il est définitivement une des plus belles choses qu’il ait vu. Tout son art pourrait se rapporter à Jace seulement qu’il ne s’en lasserait jamais. « Parfait, tu es parfait. » soupire-t-il distraitement sans le réaliser, son regard perdu sur le torse de Jace. « Tu penses arriver à ne pas trop bouger ? Je veux peindre sur ton corps. » Il ramène la table à côté d’eux, ses pinceaux et ses couleurs. Il commence quelques rapides mélanges, son coin de l’œil toujours attiré par Jace. Jace qui fait battre son cœur. Il trempe finalement un pinceau fin dans la peinture et trace les premiers traits sur le torse de Jace, la ligne descend jusqu’à son nombril avant qu’il ne remonte à nouveau. Une autre couleur et des étoiles prennent doucement forme sous ses lents coups de pinceau. « Je ne te chatouille pas ? » Romi sait que c’est quelque chose qu’il ne pourra jamais se faire étant trop chatouilleux. Il relève la tête vers Jace et lui sourit après plusieurs minutes. « Tourne-toi. » Il veut à présent passer à son dos.


Dernière édition par Romi le Sam 10 Juin - 22:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: (é)toile humaine (romi)    Sam 10 Juin - 22:10

Jace sourit. Romi l'intrigue, que ce soit avec sa demande ou ses gestes. Il ne sait pas trop comment réagir. Doit-il laisser cette esquisse naïve se dessiner sur ses lèvres ? Aucune idée. Dans tous les cas, elle finit par s'imposer. Romi est enthousiaste et il le lui communique. Jace le sent, le lit dans ses yeux. Il se sent flatté par ses mots. Parfait, parfait. Et lui alors ? Il l'est encore plus. Probablement trop, assez pour que Jace flanche et que son esprit vagabonde. Il a imaginé des choses et Romi en est la cause. Trop troublant, trop mystérieux. Jace se perd encore dans ses traits. Il cherche à savoir, à comprendre, à découvrir Romi. La question le trouble. L'idée encore plus. « Je peux essayer. » Sourire enfantin, réplique naïve. « C'est la première fois qu'on me fait ça. » La peinture, enfin sur lui. Son propre corps, prison de cet esprit paumé. Jace regarde Romi mélanger les couleurs. C'est beau, fusion visuelle, de l'art. Romi sait comment embellir, créer les plus beaux duos. Pendant un instant, Jace aimerait être une couleur. Quelque chose d'attirant, de vivant. Une couleur rayonnante, attirante pour les autres. Enfin, sa tête dit les autres mais son corps dit Romi, son cœur aussi. Boum boum stupide, comme une appréhension. Surtout lorsque le pinceau finit sur sa peau. Romi, Romi. Il aurait voulu être peint avec les doigts, qu'il le touche, le fasse revivre de ses caresses colorées. Si au début Jace observe l'art, ses yeux finissent par se focaliser sur l'artiste. Romi, plus beau qu'un ciel étoilé. Pensée stupide mais inévitable. Il lui plaît, l'intéresse. Il change du reste, il est différent et peut-être qu'il saura. Oui, Romi peut le sauver non ? Il sait comment rendre vivantes des toiles blanches, il trouvera bien un moyen avec Jace. Et ça a peut-être déjà commencé. Il le peint, couleurs sur la peau et partout. Jace, le renouveau. Romi trace tout doucement. Il crée l'envie, l'envie de lui bien sûr. Mais ça, Jace essaie de l'effacer. Au moins un instant à prétendre. « Un peu mais je compte bien me venger plus tard. » Prétexte. Lui aussi veut toucher sa peau, en connaître les endroits sensibles et le peindre à l'encre invisible ou juste de ses caresses. Romi relève la tête et Jace croise son regard. Il est comme figé et bêtement, il sourit en retour. Et il s'exécute, se tourne. « Est-ce que je suis une bonne toile ? » Petit rire, il se retient pour ne pas détruire la toile. « Laisse-moi te prendre en photo un jour, enfin pour de vrai. » Requête. Jace se surprend à vouloir partager son art. Il ne veut pas d'une photo volée, il veut quelque chose de réel. Que Romi sache, regarde l'appareil. Il veut lire dans ses yeux, garder cette photo et se dire que c'est réel. Que c'est le simple portrait de celui qui lui insuffle un peu de vie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: (é)toile humaine (romi)    Dim 11 Juin - 15:51

Jace accepte et se laisse faire. Magnifique poupée entre les mains de Romi qui le trouve parfait. C’est le cas. Son visage, son corps. Tout semble avoir été sculpté pour frôler le divin, il ne se souvient pas avoir vu de pareilles proportions. Alors il est curieux. Il veut en voir plus, toujours plus. Le plus possible. Il met ça sur le compte de son côté artiste. Mais il n’y a pas que ça. Jace l’attire au-delà de tout ça. Il veut dessiner un sourire sur ses lèvres tristes, des étoiles dans ses yeux sans vie. Il les voit s’éveiller parfois, quand ils sont ensembles. Peut-être qu’il se fait des idées. Il n’est pas si important. Parfois, Jace ressemble à un enfant. Sourire naïf et mots doux. Mais il voit sa peine aussi. Il veut le faire se sentir moins seul. « Il y’a tant de choses que j’aimerais te faire pour la première fois. » un murmure, timide, indécent et hésitant. Les sous-entendus peut-être clairs. Romi se demande même comment il peut dire ce genre de choses. Ce que Jace en comprendra. Il baisse les yeux, se concentrent sur sa peinture et les lignes qu’il dessine. Mais il n’a pas menti. En dehors du body-painting, il aimerait expérimenter d’autres choses avec Jace. Des pensées plus ou moins chastes. Peut-être qu’il va trop loin. Il abuse déjà assez de la bonté de Jace qui l’a recueilli sous son temps. Mais il avoue que parfois, c’est étranger entre eux, des regards insistants, des murmures. Ils passent leur vie à deux. Même les rares fois où Romi sort encore pour dessiner dans le parc, Jace se joint à lui, son appareil photo entre les mains. Il est loin de s’en plaindre, il aime sa présence à ses côtés. Il sourit à l’entente du mot vengeance. « Dis-pas ça… » Une moue sur ses lèvres boudeuses, il est très chatouilleux. Mais plus que ça, l’image des mains de Jace sur sa peau nue le trouble. Elle lui plait aussi. Mais son rire est rapidement remplacé par cette moue, et accompagne la douce musique qui baigne toujours l’atelier. C’est une sorte de paradis à deux qu’ils se sont créés et personne ne peut s’y introduire. Les murs sont invisibles mais bel et bien présents. Il regarde son dos. « La plus belle toile. » murmure-t-il, dessinant de nouvelles constellations sur le dos de Jace. Il s’arrête à ses mots, sa main en suspend. « Je ne suis pas un assez beau modèle je crois, mais si c’est ce que tu désires. » Il hoche de la tête même si Jace ne peut le voir. L’idée est étrange. Yeux dans les yeux tandis que Jace l’immortalise dans un cliché. Pourquoi pas. Ses mains glissent sur le dos, jusqu’au bas. Jusqu’à l’unique frontière de vêtements encore présence. « Je peux ? » sa voix est douce et il glisse les vêtements jusqu’aux chevilles de Jace. Son regard se perd encore. Il repose ses pinceaux et trempe ses doigts dans le liquide coloré avant de les poser sur le corps de Jace. Il l’étreint de dos alors que ses mains caressent ses hanches. Il sait ce qu’il fait pourtant, les gestes ne sont pas hasardeux. Et la toile prend de plus en plus forme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: (é)toile humaine (romi)    Mer 14 Juin - 22:48

Toile humaine. Jace n'aurait jamais pensé le faire. Ce n'est pas une idée qui a effleuré son esprit. Non, lui il a toujours observé. Il n'a jamais participé à la peinture, encore moins comme ça. C'est étrange mais ça l'attire. Conséquence de Romi. Oui, c'est lui qui l'attire aussi. L'intéresse, l'intrigue. Jace veut en savoir plus. Son sourire s'étend lorsque Romi parle. Murmure, pas sûr que ce soit très décent. A moins que Jace ne se fasse des idées. Peut-être que les idées, les envies inassouvies altèrent sa perception. Sa compréhension des mots. Premier baiser ? Premières caresses avec un garçon ? Non, Romi doit parler d'art. Jace continue de sourire. Et ses yeux suivent Romi à la trace, au coup de pinceau près. « Pourquoi, tu as peur de ce que je pourrais te faire ? » Sourire satisfait, encore les yeux ravivés par Romi. Jace est réanimé, vivant. Musique et peinture. Romi et lui, toujours cette proximité troublante. Jace rougit un peu à l'entente de la voix de Romi. La plus belle toile. Etrangement, ça lui fait quelque chose. Papillons dans le ventre alors qu'on lui dessine des constellations. Il a envie de se retourner lorsque Romi parle. « Dis pas ça, moi je vois la beauté que je veux en toi. » Pour la photo, oui juste pour la photo. Non, en fait juste pour chaque instant. Romi, il lui ferait faire les plus belles photos, il serait l'un des plus beaux sujets et ça, Jace en est certain. Pourtant, il n'a pas le temps de s'attarder dans ses pensées. Romi l'en empêche. Ses mains qui glissent, tentatrices. Douces caresses. La frontière est atteinte mais une question vient. Jace acquiesce. C'est un oui timide qu'il délivre. Et le vêtement tombe, lui arrive aux chevilles. Il est nu. Bel et bien à vif. Rien pour le protéger, il n'est que peau et os. L'homme, à l'état sauvage. Et Jace ne dit rien. Il attend simplement. Il ne sait pas quoi, juste un geste et il l'a. Les doigts de Romi se posent sur son corps. Il le sent ensuite qui l'enlace, l'étreint. Jace sent son torse contre son dos et puis le reste. Corps à corps, les mains de l'artiste qui caressent les hanches de la toile. C'est assez pour le déstabiliser. Le troubler parce que le fantasme semble devenir réalité. Peut-être que le rouge lui monte un peu. A vrai dire, il ne s'y attendait pas. Ses mains viennent se poser sur celles de Romi. Et puis il parle. « Désolé...» Jace se retourne tout doucement. Il l'observe, leur proximité lui plaît. Peut-être même un peu trop. C'est avec une fougue et quelques hésitations - tout de même - qu'il vient plaquer ses lèvres sur les siennes. Ses mains encadrent le visage de Romi, son corps se presse contre le sien. Et ses lèvres ne quittent plus leurs jumelles, juste le temps de les découvrir. De les goûter et de les apprécier. Et puis il se décolle juste un peu. Murmure contre les lippes de Romi. « C'est notre premier baiser. » Jace, l'enfant. Des étoiles dans ses yeux ordinairement tristes et vides. « J'espère que ce ne sera pas le dernier. » A cœur ouvert devant l'artiste des constellations sur son corps et dans son esprit.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: (é)toile humaine (romi)    Dim 18 Juin - 17:20

Peur de ce qu’il pourrait lui faire ? Romi pose son regard sur Jace, tente de de déceler un signe, un indice. Leurs paroles, parfois, elles prennent un double sens. C’est pas certain. Ils marchent en chemin dangereux. Entre eux, ce n’est jamais clair. Il y’a des regards et des murmures. Et ils laissent juste l’imagination de l’autre, libre d’interprétation. Ce n’est pas si mal. Romi a le rose aux joues. Ses pensées à lui, elles divaguent souvent. Elles vont souvent très loin. Trop loin. Romi, des fois, il a du mal à revenir sur terre, réaliser que ses fantasmes, justement, ne sont que fantasmes. Fruits de son esprit en quête d’amour, que quelqu’un fasse à attention à lui. Romi, il veut manquer à quelqu’un, se dire qu’il a de la valeur. Un peu. Un peu beaucoup. Il se sent important avec Jace et égoïstement, il veut l’être toujours plus. Dans les yeux de Jace qui voient de la beauté en lui. Là où Romi n’aperçoit que de la laideur. Il n’a rien pour lui, il n’a que ses doigts qui savent faire vivre une toile. Son talent est la seule chose dont il est réellement conscient. Mais le reste. Quel reste ? Il n’y a rien d’autre en lui, rien à offrir. Les parents aiment les enfants mignons. Les siens ne l’ont jamais aimé. Alors ça veut dire ce que ça veut dire et c’est si difficile d’arriver à déloger cette idée de son refuge. Il reprend un peu de peinture, cette fois du bout de ses doigts. Adieu les pinceaux. Il veut toucher Jace autrement, entièrement. Ses doigts glissent. Ce n’est presque plus de la simple peinture mais de réelles caresses. Romi finit de le déshabiller. Jace est comme il l’a tant espéré. Il frôle la perfection, en tout point. Ce corps aux mensurations parfaites. Romi ne se lasse pas. Il veut le sublimer encore plus de ses couleurs. Le peindre, encore et encore. Jace le surprend en se tournant vers lui. Est-ce qu’il est allé trop loin ? Romi ne comprend pas les mots d’excuses. Jusqu’à ce que leurs lèvres entrent en collision. C’est fougueux mais timide à la fois, étrange mélange. Déroutant. Pourtant Romi se laisse faire, apprécie. C’est même trop court. Ils se regardent. Et Romi remarque une chose. Les étoiles. Elles brillent. Il y’a une lueur dans le regard de Jace. Elle n’y était pas avant. Il sourit doucement, lève une main qu’il pose sur la joue de Jace. « Moi aussi. » un murmure. Ça semble si simple entre eux. Si irréel. Il y’en a juste un qui avait besoin de faire le premier pas. Il laisse une trace de peinture sur la joue de Jace, souillure indésirable. Une moue sur ses lèvres. « Je t’ai sali. » Remarque stupide alors qu’il tend la main vers un torchon pour effacer les traces encore fraiches. Ils se regardent. Romi ne sait plus quoi faire. Mais il ne peut non plus laisse sa toile inachevée. Il essuie ses doigts pour les couvrir d’une nouvelle couleur. « Ta peau est douce, parfaite pour la peinture. A chaque fois j’ai envie d’en toucher plus. » Sa voix est timide mais certaine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: (é)toile humaine (romi)    Jeu 22 Juin - 22:32

Ses lèvres se mouvent. Une excuse. Il sait qu'il va craquer et il en est désolé. Lippes tentatrices et Jace cède, pour le meilleur comme pour le pire. Baiser certain et à la fois hésitant. Jace plaque ses lèvres sur celles de Romi. C'est doux comme une caresse, violent comme une gifle. Ils s'embrassent, se découvrent de leurs lippes. Nouvelle facette, Jace ouvre les yeux pour voir un autre Romi. Un Romi duquel il a goûté les lèvres. Cette pensée le fait stupidement sourire. Il aime ça, le savoir et que ce soit réel. Romi, Romi. Il lui fait ressentir tout et n'importe quoi. C'est fou, assez pour qu'il risque tout. Loto sentimental, Jace se jette à l'eau. Romi ne le repousse pas. Il lui répond. Et Jace vit. Il fait plus que respirer. Premier baiser. Tout s'arrête, des mots et ses yeux qui s'illuminent. La vue, Romi. Il voit un sourire naître en face, c'est assez pour que le sien s'étende. La main de Romi monte sur sa joue. Il se laisse, apprécie cette caresse. Nouveau murmure, voix douce. Et la main finit par disparaître, les mots eux remplacent les gestes - du moins un instant - Jace sourit à sa remarque. « Tu peux me salir autant que tu veux. » Mais le torchon s'approche. Effacer ? Oui, non. Peu importe. Jace continue de regarder Romi. Les yeux dans les yeux. Romi finit par essuyer ses doigts pour les tremper dans une autre couleur et Jace l'observe. Il sourit à cette vision, Romi. L'artiste qui est lui-même de l'art. Les mots font que ses joues s'empourprent un peu. Jace, parfaite toile. Et dans son esprit, tout semble clair. Il sort de l'ordinaire brouillard pour découvrir un autre monde. Un à deux. « Peut-être qu'elle n'attendait que d'être peinte. » Et Jace, il oublie tout. Sa nudité, son corps dévoilé tout entier. Inhibitions effacées dans ce baiser, enfin presque. « Touche là encore plus si c'est ce que tu veux. » Il détourne les yeux, pourtant sa main attrape celle de Romi. La peinture sur la pulpe des doigts, Jace sourit. Gamin à l'enfance inexistante, jamais très insouciante. Il vient tracer un petit dessin sur la joue de Romi. Il continue de le regarder et son corps se rapproche. Il voudrait toucher son torse. Mais l'art l'oblige à faire attention. « Je veux te peindre aussi ou juste te toucher avec de la peinture sur les doigts. » Mais Jace, c'est la même chose ou presque. Il joue dans la nuance là où il n'y en a pas. Proximité des lèvres, pourtant les mains de Jace viennent relever le t-shirt de Romi. Il le fait coulisser vers le haut puis le lui retire finalement. Le vêtement finit au sol, bien sûr en évitant les zones pleines de peinture. Jace vient tremper ses doigts dans la palette. Chacun d'entre eux a une couleur. ça lui dégouline un peu dessus mais il vient vite les poser sur le torse de Romi. Il veut en dessiner les contours, le toucher tout simplement. Et il finit par poser son front contre le sien. Leurs souffles se mêlent, l'idée lui revient. « J'ai encore envie de t'embrasser. » Confession normalisée, ses doigts continuent de tracer, de jouer sur la peau de Romi. Et pour une fois, il sourit. Et c'est vrai, rien n'est faussé.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: (é)toile humaine (romi)    Ven 30 Juin - 22:40

Premier baiser, comme une douce rêverie. Ça semble irréelle tant c’est doux et nuageux. C’est un peu maladroit aussi. Comme tous les premiers baisers il présume. C’est ce qui donne du charme, en fait ce que c’est. Deux jeunes adultes dont les lippes se découvrent, s’apprivoise avec timidité. Romi apprécie le contact, il en a rêvé peut-être. Parfois. Certaines nuits. Il n’est pas certain, ça semble si lointain. Ils sont les même pourtant semblent si nouveaux l’un pour l’autre, si différents. Comme si une nouvelle facette ressortait doucement. C’est étrange, non désagréable.  Ses pommettes rosissent légèrement. Mais il préfère ne pas y penser. Ils ne posent pas de questions, pas de réponses. Ils n’en parlent tout simplement. Comme si c’était naturel, destiné à arriver à un point ou un autre de leur relation. Il sourit quand Jace lui donne sa permission de le salir. Peut-être que ses idées divaguent trop, relevant des sous-entendus là où ils n’ont pas lieu d’être. Mais il apprécie se dire qu’il a la possibilité de lui faire des choses. Certaines choses. C’est drôle entre eux. La vision de leurs joues qui s’empourprent à tour de rôle. A cause des paroles qu’ils échangent manière si innocente. Il aime sa toile humaine, la perfection de se corps qui prend des couleurs sous ses doigts. Il peut le toucher encore. S’il veut. « J’en ai envie, oui. » murmure-t-il timidement, sourire aux lèvres. Leurs corps sont proches, beaucoup trop. Mais ça n’a rien de gênant. « Tu peux me toucher aussi si tu veux. » Il laisse les doigts de Jace parcourir son visage. « Quand tu seras sec. » rajoute-t-il malicieusement. Il le laisse lui ôter le t-shirt, relève même le bras pour rendre le geste moins laborieux. Front contre front, la peinture sur son torse le fait frissonner. Ou peut-être ce sent les doigts de Jace, la pensée que c’est lui, et pas un autre, qui le touche. « Qu’attends-tu alors ? » Il attrape la main de Jace dans la sienne et fait glisser ses doigts colorés le long de son torse jusqu’à son nombril. « C’est beau quand tu souris. » Un soupir entre ses lèvres avant de capturer les lèvres de Jace, c’est toujours aussi délicat un peu plus assuré que le baiser précédent. Il n’est pas certain de ce qu’il fait. « Je vais gâcher mon œuvre, je crois. » murmure-t-il contre ses lippes alors que ses mains viennent se glisser contre les bras de Jace, dessinant quelques lignes qui n’ont rien à faire avec le reste des dessins. Il veut le toucher plus, sentir plus son corps contre le sien.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
MessageSujet: Re: (é)toile humaine (romi)    Lun 14 Aoû - 3:33

Enfants colorés, baiser maladroit. Le premier mais ça n'a rien de désagréable. Jace y a souvent pensé. Avec Romi qui s'incrustait dans ses rêves, visions nocturnes qui dérivaient souvent. Et le présent lui semble encore mieux que ces instants volés au monde des songes. Permission de le salir. Bien sûr que devant une telle créature, il ne pouvait pas dire non. Joues empourprées, peut-être que le sous-entendu s'est éveillé en chacun d'eux. Jace continue de sourire, encore plus à la réponse de Romi. Murmure timide, presque interdit mais ils s'en fichent. L'art n'a pas de limites. Leur proximité non plus. Leurs corps sont proches. Proposition ? Esquisse naïve. Et les doigts de Jace qui glissent, caressent son visage. Mais une condition s'ajoute. Sec. Non, ça voudrait dire attendre et Jace n'en a pas envie. Il veut Romi rien que pour lui et maintenant. Vêtement enlevé, torse dénudé. Ses doigts colorés, il vient tracer, dessiner sur Romi. Il s'applique, il y met du cœur. Romi est la plus belle des toiles, la seule qu'il peut massacrer d'envie. Il sent les frissons sur la peau de l'autre et puis vient son souffle. Les leurs qui se mélangent lorsqu'il confesse cette envie de posséder ses lippes. Sourire vrai, loin d'être faussé à la réponse de Romi. Une invitation peut-être bien ? C'est beau quand tu souris. « Seulement si c'est grâce à toi. » Paroles insensées. Ce embrasse-moi qui vient dans sa tête, un sale écho qu'il ne compte pas faire taire. Et même s'il n'a pas dit un mot, Romi semble avoir compris. Leurs lèvres se rencontrent à nouveau. Baiser un peu moins hésitant que la première fois. Echange qui fait sourire Jace, toujours. Il ne semble pas s'arrêter lorsque Romi est à ses côtés. Effacée la lueur triste, mise au placard pour les caresses et la douceur. Petit rire qui passe la barrière de ses lèvres. « Non, tu vas faire un à un avec elle. » Gâcher, un bien grand mot. Et pourtant Jace serait d'accord pour que Romi ruine tout. Qu'il détruise son travail, juste parce que comme ça il pourrait le refaire. Jace sent les lèvres de Romi, leurs courbes lorsqu'il parle. Et puis ses mains, celles qui glissent sur ses bras. Elles chamboulent le dessin ou le perfectionnent. Il n'en a aucune idée. Jace sait juste qu'il en veut plus. Il se rapproche, assez pour que leurs torses se touchent. Peintures qui se mêlent, traces dures à discerner. Et il retourne l'embrasser. Ses lèvres jouent avec les siennes; il les mordille et puis les cajole. Ses mains ramènent Romi contre lui. Elles sont dans son dos, caressent sa peau et puis elles viennent descendre le dernier obstacle. Tout doucement le short tombe et le reste avec. La fougue reprend ensuite le dessus. Jace capture brusquement les lèvres de Romi, la cadence semble s'être accélérée. Assez pour qu'il l'entraîne vers le sol et renverse des pots de peinture dans son élan. Romi est allongé et lui le surplombe. Il l'embrasse et ne rompt leur échange que lorsque l'air lui manque. « J'espère que je ne t'ai pas fait mal. » Oui, Jace qui s'emporte et eux qui finissent au sol. Doux baiser posé sur les lèvres de Romi et ses doigts viennent tremper dans une flaque de peinture juste à côté. Petits ronds qu'il trace sur Romi; et puis ses lèvres deviennent pinceau. Baisers sur le corps de Romi. Il le chérit, le découvre et l'apprivoise surtout lorsqu'il descend vers l'intimité de l'artiste. Le cœur et sa bouche qui ne peut que le dévorer. Mouvements lents, doux et sa main vient envenimer le tout. Rythme désormais soutenu. Mélange infernal. Mais les lèvres de Romi lui manquent. Romi, lèvres charnues. lippes qu'il veut encore. Trop belles, trop agréables; surtout contre les siennes. Romi est probablement le seul qu'il ait embrassé avec envie. Sentiment, désir. Caresse buccale dans laquelle Jace s'applique. Il ne pense pas au temps, simplement à Romi. Il le sent faiblir sous ses mouvements, parcelles de peau et tout qui se mouve. Il voit son bas-ventre, les vagues à chaque assaut. Et la fin est sonnée. L'heure de retourner à ses compagnes. Baiser qu'il veut. Son corps remonte et glisse sur celui de Romi. Les couleurs qui se mélangent, toile nouvelle. Partagée. « Sois à moi. » Mots dont lui-même ne comprend pas le sens mais il les dit. Les pense. Romi, à lui. Jace l'embrasse ensuite. C'est doux, une vraie caresse; à la fois fougueuse parce qu'il n'a pas envie que ça s'arrête. Romi, Romi. Il ne pense qu'à lui. « C'est toi l'art. » murmure t-il entre deux baisers.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (é)toile humaine (romi)    

Revenir en haut Aller en bas
 

(é)toile humaine (romi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Conseil bouquin biomécanique humaine
» Bobinage du moteur : étoile et triangle
» Sur les routes de l'étoile
» L’histoire filmée de la propulsion humaine
» Remorque fermé en toile noir volé au Lac Simon
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PURE IMAGINATION :: les illiades-